Le Centre communal d'action sociale

Le pôle solidarité : une offre de services

« Le champ d’action du pôle solidarité urgence sociale est vaste, les agents restent attentifs aux besoins particuliers. C’est un outil privilégié à la disposition des Maubeugeois », explique La responsable du pôle. « Ce sont des personnes qui ont des soucis au niveau du logement, présentent des impayés de loyer ; il y a aussi celles qui viennent nous voir car elles ont des difficultés avec des factures », déclare le chef de service. Des accompagnements budgétaires sont mis en place par des assistants socioéducatifs et des assistants service social.

Au-delà des interventions traditionnelles et de l’instruction des dossiers d’aide sociale, le CCAS peut également être amené à trouver une solution pour échelonner une dette, pour constituer un dossier dans le cadre du fonds de solidarité logement.

Cela débouche généralement sur la constitution de dossiers d’aide sociale, en lien avec les services du conseil départemental. Les interventions sont variées. « Elles peuvent concerner un placement en maison de retraite ou en ESAT (établissement et service d’aide par le travail) pour les personnes en situation de handicap. On vient nous voir pour officialiser les démarches. C’est le pôle autonomie qui intervient pour les personnes âgées, mais on travaille ensemble pour le relogement, c’est la transversalité. »

La structure intervient auprès des caisses de retraite, effectue des demandes de carte d’invalidité, de carte européenne de stationnement. Le service travaille aussi en lien avec la Maison du diabète à Lille. Le CCAS travaille également avec l’Association Vacances et Familles 59.

 

Des ateliers pour créer du lien social

Le but des ateliers est de sensibiliser aux notions de bien-être, de plaisir, de développer l’image de soi. Un atelier remise en forme-gym douce est organisé, chaque mercredi après-midi au dojo du stade Léo-Lagrange, pour les bénéficiaires du RSA. Les cours sont assurés par une animatrice sportive qui est également aide-soignante, « cela permet d’avoir une approche médicale, de travailler de façon personnalisée en fonction des capacités et des besoins de chacun. »

Après le sport, place à l’alimentation avec un atelier consacré à l’équilibre alimentaire et animé par une diététicienne. « Dans cet atelier, l’alimentation est vecteur de convivialité et de socialisation. L’aide alimentaire ne se résume plus à une aide d’urgence : il s’agit d’un moyen de prise de parole, d’initiatives personnelles, d’échanges culturels dans la gestion du quotidien », précise la responsable.